Style et architecture gothique : définition, esthétique et illustration

L’architecture gothique, encore appelée art français, est un style architectural qui succède au style roman à la fin du XI et qui a prospéré en Europe durant le haut et le moyen-âge tardif. Bien qu’il soit assez unique en son genre, le style gothique fait partie des plus grands mouvements architecturaux les plus distinctifs au monde. 

Le style unique en son genre est certes originaire du Moyen Âge, mais il continue de fasciner, à ce jour. Si vous avez envie d’en apprendre davantage sur le style et l’architecture gothique, nous vous amenons dans cet article à la découverte de sa riche histoire, de ses caractéristiques, des différents styles architecturaux gothiques existants et des techniques de construction employées dans l’architecture gothique.

Définition et histoire autour du style architectural gothique

Présentant une esthétique qui est non seulement complexe, mais aussi délicate, l’architecture gothique est un style d’architecture européen qui fait honneur à la hauteur. Alors que ses racines sont purement françaises, l’approche gothique se retrouvent dans les églises, les cathédrales ainsi que dans les autres bâtiments similaires en Europe et même au-delà.

Étymologie du gothique

A la fin du Moyen Âge, l’architecture est devenue l’une des principales formes d’expression artistique. L’architecture gothique a vu le jour au début du 12e siècle dans le nord-ouest de la France et en Angleterre. Elle s’est progressivement répandue dans toute l’Europe latine au 13e siècle. Le premier « style international » du gothique s’est développé en 1300. Il avait des caractéristiques de conception communes ainsi qu’un langage formel. En 1400, le second style apparu aux côtés des innovations en Angleterre et en Europe, qui ont donné vie à des variétés qui sont à la fois perpendiculaires et flamboyants.

style gothique perpendiculaire

L’architecture gothique s’est inspirée des éléments romans pour créer un autre style composé d’archers exagérés, de voûtes accrues et de fenêtres agrandies. Elle n’a pas seulement réinterprété ces caractéristiques. En effet, elle a aussi abandonné l’une des caractéristiques clé de l’architecture romane et notamment les murs épais.

Découvrez également notre article dédié à l'architecture victorienne.

Principes et esthétique de l'architecture gothique

Les principes architecturaux gothiques sont multiples. D’abord, le plan de l’église gothique est le même que celui de l’église romane. En réalité, tous les deux reprennent le plan de la basilique paléochrétienne et s’organisent autour d’une nef centrale. Par contre, la cathédrale gothique occupe plus de surface que sa cousine romane. Les églises du XIIIe au XVe siècle sont qualifiées de constructions monumentales.

Par ailleurs, dans les édifices gothiques, la nef s’élève de plus en plus haut, car l’un des préceptes directeurs de l’architecture religieuse gothique est la verticalité. L’élévation de ces édifices est une métaphore de l’élévation du fidèle jusqu’au royaume de Dieu.

Enfin, de toutes les solutions imaginées par les bâtisseurs romans, les constructeurs de l’époque gothique n’ont conservé que les croisées d’ogives et les arcs-boutants. L’arc brisé fait aussi partie des techniques utilisées de manière ponctuelle pour permettre à la cathédrale gothique d’offrir un pur spectacle de l’équilibrage des forces.

Ainsi, les éléments architecturaux caractérisant les styles gothiques et néogothiques sont :

  • L’arche pointue,
  • La croisée d’ogives,
  • L’arc-boutant,
  • Les gargouilles,
  • Le vitrail et
  • La rosace.

L’esthétique de l’architecture gothique est souvent associé à une polychromie, et ce, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Cette polychromie s’observe sur les sculptures, les arcs, les moulures et parfois sur les parois. Contrairement à ce que certaines personnes pensent aujourd’hui, les églises datant de l’époque gothique sont habituellement revêtues d’une énorme couche d’enduit, de mortiers décorés d’un faux appareil, de couleurs produites par des pigments, de feuilles d’or ou des inclusions de matériaux polychromes.

Les différents styles architecturaux gothiques

En Europe et précisément dans le Royaume de France et dans le Saint Empire romain Germanique, une pluralité de courants distincts qui se succèdent depuis la nuit des temps à ce jour. Découvrez-les dans la suite.

Le gothique primitif

Premier art gothique, le gothique primitif, encore appelé protogothique, est né à l’abbatiale royale de Saint-Denis. Les premières constructions gothiques sont apparues vers les années 1130-1150 en Île-de-France et notamment en Picardie.

abbaye saint denis

Pendant cette époque, la croissance démographique a une influence sur l’augmentation de la taille des édifices religieux. En effet, la religion et le culte des reliques font parties des composantes indispensables de la vie des fidèles.

Sous l’impulsion de l’abbé Suger, Saint-Denis fut reconstruit. Cette construction très audacieuse est caractérisée par une façade harmonique, un double déambulatoire et des voûtes d’ogives. Par la suite, la cathédrale Saint-Étienne de Sens suit le mouvement.

Cependant, elle n’est pas aussi audacieuse que Saint-Denis, mais on y note des innovations comme l’absence de transept unifiant l’espace et l’éclairage. Les apports de Sens sont plus vites compris que ceux de Saint Denis. Pour ce fait, de nombreux édifices ont suivi son exemple.

Le gothique classique

Correspondant à la phase de maturation et d’équilibre des formes, le gothique classique s’est révélé à la face du monde à la fin du XIIe siècle et principalement vers 1230 environ. Durant cette époque, on construit toutes les plus grandes cathédrales (Bourges, Amiens, Reims, etc.). Il faut souligner que le rythme et la décoration sont devenus plus simples. En effet, le colossal est privilégié au détriment du raffinement et l’élan vertical est de plus en plus prononcé.

Par ailleurs, l’architecture s’uniformise, le travail se rationalise et la pierre se standardise. Chartres, un projet ambitieux avec une élévation à trois niveaux, est le monument prototype. La réalisation des arcs-boutants permet d’éliminer les tribunes.

cathédrale chartres

Le gothique rayonnant

Également né à Saint-Denis avec la réfection du chœur de l’abbatiale en 1231, le gothique rayonnant va s’étendre jusqu’en 1350 approximativement. Les églises sont de plus en plus hautes et dépassent parfois les limites. Les caractéristiques de ce style architectural gothique est la virtuosité des remplages, la verticalité toujours plus importante, les piliers fasciculés et les surfaces vitrées plus grandes.

Aussi, les églises ont un squelette en pierre et les autres parties sont recouvertes de verres qui laissent pénétrer une lumière abondante. Ce n’est qu’en 1240 que le gothique rayonnant s’impose réellement. À partir de cette époque, la rose devient un élément incontournable de la décoration, même si elle était déjà très utilisée auparavant.

Le gothique international

Faisant référence à l’âge des princes (1380-1420), le gothique international est apparu alors que les cours européennes les plus puissantes cherchent à s’étonner les unes les autres, et ce, à travers leurs constructions.

Au cours de cette période, bien que l’architecture gothique soit désormais au service de la propagande politique, elle reste fidèle aux formes du XIVe siècle. Elle s’engage pourtant sur des voies très audacieuses. En effet, elle est un art brillant qui plie les formes traditionnelles de l’architecture au rythme d’une écriture souple, tout en privilégiant les courbes et le raffinement. Certains historiens de l’art remettent en cause son caractère international et préfèrent le désigner comme un style aristocratique.

Le gothique flamboyant

Aussi appelé gothique tardif, le gothique flamboyant est né dans les années 1350 et s’est développé jusqu’à la fin du XVe siècle et même durant la première partie du XVIe siècle, dans certaines régions comme la Lorraine. Au cours de cette période, les innovations sont rares. Bien que la structure des édifices reste la même, leur décor évolue vers un ornement exubérant « flamboyant » formant des sortes de flammes remarquables dans les remplages des baies ou sur les gâbles.

En outre, l’élévation devient plus simple avec parfois une élévation à deux niveaux ou avec une élévation à trois niveaux, mais avec un triforium aveugle. Quant à la voûte d’ogive, elle se fait plus complexe et assure une fonction décorative dans certains édifices comme la cathédrale Saint-Guy de Prague. La clef pendante ou cul-de-lampe se fait plus présente.

cathédrale saint guy prague

Le gothique moderne

Le gothique des temps modernes et particulièrement celui du XVIIe et du XVIIIe siècle met en avant des réalisations incongrues et très surprenantes. L’architecture de cette époque est le symbole même de l’église en France. Montesquieu avait affirmé qu’il « semble que le gothique convienne mieux aux églises qu'une autre architecture, la raison m'en paraît de ce que le gothique n'étant pas en usage, il est plus différent de notre manière de bâtir des maisons ; de façon que le culte de Dieu semble plus distingué des actions ordinaires ».

architecture gothique

Les techniques de construction utilisées dans l’architecture gothique

Dans l’architecture gothique, une pluralité de techniques de construction étaient utilisées. Au nombre de celles qui sont les plus connues, figurent :

  • L’ogive : Alors qu’il était difficile de travailler les pierres qui formaient l’arête, les constructeurs eurent l’idée d’habiller ces arêtes de pierres travaillées séparément dans le but de régulariser le tracé. Ils s’aperçurent automatiquement que l’alignement des pierres pouvait servir de décoration et aussi de support à la voûte elle-même. C’est ainsi qu’on l’appela ogif, puis ogive.
  • L’arc-boutant : étai formé d’un arc en maçonnerie, l’arc-boutant assure la fonction des contreforts de l’architecture romane et limite également la force des vents et de la pluie sur les fenêtres hautes. Il est constitué d’un ou de plusieurs arcs clavés et une ou plusieurs culées chargées de pinacles.
  • Le triforium : Galerie, généralement voûtée, le triforium fait partie des éléments contrebutant les poussées des voûtes. Il n’a aucune fonction liturgique ou de circulation dans la bâtisse.

Nous voici à présent à la fin de la présentation du style et de l’architecture gothique. On espère que cette production vous a permis d’avoir plus d’informations sur son histoire, ses caractéristiques, ses différents styles et sur les techniques de construction qu’elle utilise.

Nos Clients Témoignent

⭐⭐⭐⭐⭐

"Je suis très satisfaite de mon sac Édison , il est magnifique juste d' une bonne grandeur."

Francine B.
⭐⭐⭐⭐⭐

"Superbe sacoche, le design est d'enfer et elle est super pratique et agréable à porter."

Marine N.
⭐⭐⭐⭐⭐

"Je suis très content du matériau reçu, de votre réactivité et de la livraison."

Franck B.
⭐⭐⭐⭐⭐

"Sérieux / suivit client irréprochable/ je recommande."

Stawnikowicz G.
⭐⭐⭐⭐⭐

"Envoi rapide, bien emballé pour un sac solide, beau aux finitions soignées. Très élégant..."

Jocelyne R.

Derniers Articles Steampunk